P.E.N Club Français
FRANCE INTERNATIONAL FRANCOPHONIE LIENS PRIX & CONCOURS PARTENARIATS LA LETTRE

BLED : Contribution de Malick DIARRA

mercredi 18 mai 2016

La stupidité comme fondement de notre civilisation. A quel point pouvons-nous être stupides ?

Par stupidité, que veut-on dire ? Une fois les dictionnaires le Larousse, le petit Robert et le Pierre Ripert consultés sur le sens qu’ils attribuent au terme « stupidité », Le Larousse le définit comme une privation d’esprit de jugement, le Robert comme une absurdité, une imbécillité, une bêtise, une idiotie, un crétinisme dans la nature et le caractère d’une personne et le Pierre Ripert comme extravagance, simple d’esprit et aberration, que pourrai-je ajouter au titre d’une réflexion personnelle ? Oui, c’est exact, mais pas forcément. Il existe des circonstances de la nature humaine, que l’on peut appeler le bon sens universel auquel s’oppose la stupidité. Mais il existe une « marge » qui permet de relativiser ce bon sens. C’est là que la stupidité peut devenir un paramètre variable. Est-elle une notion absolue, la stupidité ? Ne serait-elle pas un travers de perception de l’autre ? La stupidité produit elle un support de la discrimination ? Le sens dépend de l’époque, de la culture et des valeurs des uns et des autres. Lorsque l’on dit de quelqu’un qu’il a fait quelque chose de stupide, a-t-on raison ? Un peu plus de réflexion pourra conduire à penser que ce n’était pas si stupide que ça. C’est là que la notion de stupidité est relative, et on rejoint toujours Pascal. La stupidité en elle-même relève de ce qui n’est pas le bon sens, de ce qui est une erreur, une gaffe, une faute, une maladresse ou une incompréhension (il est stupide parce qu’il ne comprend rien). C’est stupide parce que ce n’est pas comme cela qu’il faut faire. Oui, la stupidité, mais cela dépend de ce dont on parle. On peut considérer la foi comme stupide parce qu’elle n’est pas rationnelle. C’est la position des positivistes. Ce qui veut dire que l’irrationnel n’est pas forcément stupide. La stupidité est absolue lorsqu’elle se réfère à l’ordre naturel. Et c’est plus difficile à appréhender. La stupidité s’apparente à une forme particulière d’intelligence destructrice par ses effets ahurissants, déstabilisants, sidérants et nuisibles. Elle est longtemps attribuée à des personnes supposées dépourvues d’esprit de raisonnement et dont le comportement est sujet à l’audace démesurée, à l’irrespect et à la provocation continue face à un ordre établi ou à des normes prédéfinies. Dans chaque type de société, on a tendance à être en présence d’une définition de ce que l’on croit être conforme à la stupidité. En d’autres termes, la stupidité c’est le contraire du bon sens. Elle est à la fois en-deçà du bon sens et contre le bon sens. Elle est non seulement contre le bon sens mais contraire au bon sens. Nous voyons ainsi que ce que l’on qualifie de stupide est toujours insipide : ce qui est stupide n’a pas de saveur pour le bon sens et comme contraire aux critères mêmes du bon sens. C’est ce qui est aveugle du point de vue de l’intelligence et donc ce qui est stupide est condamné par l’intelligence. Ne pourrait-on pas dire que ce qui est stupide en-deçà des Pyrénées ne l’est pas obligatoirement au-delà, pour paraphraser Blaise Pascal qui disait : « Vérité en-deçà des Pyrénées, erreur au-delà » ? Pascal parle de la vérité : ce qui est considéré comme vrai ici ne l’est pas nécessairement ailleurs. En adoptant le même mouvement de penser, ne pourrait-on pas dire que ce qui est stupide ici peut être considéré comme contraire autre part. Ce que l’on considère comme constituant de la civilisation n’est pas pur, n’est pas homogène, n’est pas entièrement en dehors du négatif, du mal, de tout ce dont l’être humain est capable ni de tout ce dont l’être humain peut être coupable. L’être humain est par nature un être capable mais aussi coupable de beaucoup de maux. Et d’abord de violence. Cette violence semble non seulement irrépressible mais encore et surtout elle est multiforme et continuellement agissante dans toutes les sociétés. Cette violence ravageuse est sans cesse cruelle, elle remet en cause la qualité d’être humain, c’est-à-dire l’humanité même de l’homme. Ces stupides sanguinaires, se croyant investis de pouvoir impalpable, ne sont ni communicants ni pédagogues, ils s’enferment dans leurs certitudes en imposant des idées et une seule vision aux sociétés humaines. Par leurs discours et leurs actes barbares, ils tentent d’engluer et de scléroser les autres pensées. Ils s’adonnent à des pratiques d’un autre âge en persécutant et en massacrant des populations innocentes pour fonder une civilisation. Quelle chute lamentable de l’esprit dans les ténèbres que la suprématie de la stupidité à vouloir ranger l’humanité dans le même moule de pensée, de religion et de comportement ! A quel point pouvons-nous être stupides ? Par le fait qu’Amed Salman Rushdie publie : « Les versets sataniques », son existence est devenue un enfer. Il respire le danger depuis 1989 avec la fatwa de l’ayatollah Rouhollah Khoméni, le jugeant blasphématoire envers l’islam et offrant une récompense pour sa mort. 28 ans après, cette fatwa reste d’actualité. Quelle audace et quelle stupidité d’un mortel à décider à la place de l’Absolu invérifiable (Seigneur, Dieu, Allah ! Tous les citoyens libres du monde en ce 21ième siècle réprouvent cette volonté et s’opposent à de telles règles qui prohibent la liberté d’expression. La liberté de tout être humain est fondamentale et reste un droit universel. L’écrivain mauritanien Tène Youssouf Guèye est mort en prison en 1988 pour ses opinions critiques en vers le gouvernement de Mauritanie qui ne faisait rien pour enrayer l’esclavage des Noirs et la discrimination qu’ils subissaient et subissent encore. Cette victime de la stupidité du pouvoir avait publié quatre romans : Les exilés du Goumel 1968 A l’orée du Sahel 1975 Sahéliennes 1975 Rella 1985

Au Sénégal, le livre du professeur Oumar Sankharé, agrégé de lettres classiques à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar : « Le coran et la culture Grecque » publié chez Harmattan en 2014, attira à son auteur des menaces de mort et les foudres de certains chefs de croyance de l’islam soutenus par leurs talibés (ouailles) et n’eussent été ses excuses publiques à la radio, il aurait subi ainsi que sa famille la vindicte de certains défenseurs de l’immuabilité du coran (considéré dans cet univers comme sujet tabou). Et pourtant parmi ceux qui s’agitaient, la grande majorité était analphabète ou n’avait pas lu une page de ce livre si instructif pour la famille de l’islam, pour un pont de fraternité entre l’Orient, l’Occident et enfin pour un univers de dialogue des cultures. Que de conformisme actif ! Que de stupidité dans cet univers tutélaire ! Quelle entrave grotesque à la liberté d’expression et aux enjeux du droit universel de l’humain ! Pourquoi, cinquante ans après les indépendances, certains pays d’Afrique continuent de vivre grâce aux aides internationales ? On entend toujours parler de sa pauvreté mais a-t-on essayé de savoir comment on en est arrivé là ? Certains dirigeants sont issus de grandes écoles ou universités du monde et quand ils s’engagent en politique, ils font valoir leurs qualités de patriotisme et promettent de tirer leurs sociétés respectives du sous développement. Une fois élus, les annonces fracassantes de transformations du pays dans tous les secteurs, à la radio nationale ou à la télévision, laissent planer un renouveau d’espoir. Un temps de répit pour inaugurer à grande pompe une infrastructure routière, hospitalière ou donner un nom d’un fils du terroir à une avenue qui portait le nom d’un ancien colonisateur. L’espérance feint de s’installer dans les esprits. L’appât est fait pour les dirigeants au pouvoir et ils commencent à signer des conventions d’exploitations des ressources naturelles du pays (gisements de minéraux, de fer, de bauxite, de phosphate, de nickel, d’uranium, d’or, de pétrole, de manganèse, de gaz, de zinc, d’argent, et des ressources forestières et halieutiques) et ce sont les conditions de signatures aux retombées financières inouïes qui leur permettent de s’enrichir de façon illicite. La machine lancée et s’engrainent la corruption, les détournements de biens publics. Les conflits d’intérêts s’amoncellent dans la société et de nouveaux riches s’implantent et consolident le tabouret politique des tenants du pouvoir. Ce sont eux qui achètent les votes des habitants en vue d’une élection présidentielle ou d’un changement de constitution pour permettre l’allongement du règne politique dans certains pays africains ou plutôt les réélections successives d’un Président de la République. Ces bêtises humaines avec de graves conséquences économiques, politiques, culturelles, religieuses et sociales, engendrent le sous-développement, la faim, la dépendance, l’errance des populations, la pauvreté et les guerres intestines. Ce déséquilibre des sociétés victimes de l’idiotie, de la cupidité et l’indifférence de certains politiques qui jouent avec leur destin, montre la grande stupidité de certains dirigeants du continent africain. Les idées et les crayons sont les armes et les drones des écrivains, des poètes, des essayistes, des créateurs et artistes du monde. Ils sont les éveilleurs, les dénonciateurs, et les acteurs des transformations culturelles, économiques et sociales. Ils font figure de baromètres de la société, de ce point de vue, ils deviennent les proies exposées des anarchistes, des totalitaires, de l’ignorance et de la barbarie sans nom qui cherchent sans cesse à museler ces magistères des choses de l’esprit : A Paris, en janvier 2015, les journalistes et caricaturistes du journal Charlie, le 13 novembre de la même année encore à Paris des mélomanes au Bataclan, des spectateurs de football aux alentours du stade de France et des innocents discutant aux terrasses des restaurants ont été sauvagement abattus par la stupidité aveugle des handicapés de l’esprit qui n’acceptent pas l’évolution des mentalités et les progrès de l’humain pour un monde meilleur. Ces handicapés psychopathologiques essayeront toujours de censurer les porteurs de messages de liberté et de paix mais les tuer n’empêcherait pas leurs idées de leur survivre et longtemps après leur mort. En Turquie et encore en Turquie, en Syrie, en Afrique, en Chine, en Belgique, en Amérique latine, au cœur même de l’Europe, les hommes au pouvoir s’opposent aux publications des poètes et écrivains par des censures invisibles et parfois visibles allant de l’intimidation des libraires et des éditeurs à l’emprisonnement. Quelle stupidité d’ignorer que les Kalachnikov tuent les hommes mais pas leurs idées qui survivront volens, nolens ! Cette stupidité procède du culte de la discrimination, de l’obscurantisme. Elle s’emmure dans le chaos de l’ignorance et n’ouvre pas l’esprit vers les lumières de la raison. Cette stupidité là heurte toutes considérations rationnelles et provoque l’indignation, la réprobation et la réaction du monde attaché aux valeurs de paix, de justice et de liberté. Le niveau de violence et d’imbécilité, de la furie des stupides, en tentant de maintenir l’esprit dans la passivité, décide d’esquisser pour l’humanité un code de conduite à la fois morale, religieuse et comportementale. L’ignorance est source d’attitudes stupides, mais le savoir aussi, avec tout ce qu’il y a d’arrogant. La stupidité peut prendre des formes de vanité, du contentement de soi, de l’orgueil, de l’ambition etc. On pardonnera mieux à celui qui est stupide par ignorance. La bêtise ordinaire avec la cohorte de haines et de destructions des personnes stupides, montre avec quelle arrogance, quelle absence d’esprit de jugement, quels actes de désinvolture, quel manque de civisme, et quel mal être dans l’espace public, ils méprisent les données fondamentales de l’humanité. Ces stupides mènent une guerre sans frontière pour imposer aux populations l’assimilation au dogme et au choix de société qu’ils prônent. Ces actes empreints d’asservissement et d’atrocités s’avèrent repoussants dans une communauté de vie et montrent que leurs auteurs ne voient pas en l’autre son semblable au motif qu’il est impur et infidèle par rapport à leurs préceptes. Pour que l’humanité subsiste, pour que la civilisation persiste, il faut que la violence soit domestiquée par les forces de l’esprit humain qui sont les seuls piliers de la survie de l’être humain et de ses valeurs de civilisation. A mon sens, le pacifisme est aussi stupide que le bellicisme. La deuxième guerre mondiale naît de prétentions humaines nourries de mégalomanie a engendré des déportations barbares, des discriminations sordides, d’atrocités innommables et a provoqué le déséquilibre du monde de l’époque. En six ans, une seule brebis galeuse a déséquilibré l’unité et la paix de la bergerie du globe à l’idée de fonder une civilisation de la race pure. La deuxième guerre mondiale est née aussi des traités de paix de 1919 et 1920. Ces traités comprenaient peut-être en eux-mêmes des clauses stupides qui ont alimenté le ressentiment des vaincus. Le traité de Versailles aurait été un peu plus mesuré et on n’aurait jamais entendu parler d’Hitler. Ne pourrait-on pas qualifier cette guerre de stupidité d’Hitler ? Par ailleurs, longtemps, la guerre en elle-même était considérée comme une valeur. La guerre était un moyen de se prouver quelque chose, une sorte de défi vis-à-vis de soi. Était-ce stupide ? Pas pour les intéressés de l’époque. Et là on rejoint Pascal. Dès le début du XXe siècle l’Europe germanique (Allemagne et Autriche-Hongrie) considérait la guerre comme une nécessité.

Au cœur de nos sociétés actuelles et sans les juger on observe la banalisation des institutions, le non respect de l’humain, l’arrogance, la dégradation des valeurs communes de société, les agissements inciviques, la montée de l’extrémisme, la corruption, l’enrichissement illicite, l’indifférence au devoir patriotique et les actes mensongers. Quoi dire ? Sinon se demander comment cette stupidité en ce sens incompatible aux valeurs universelles pourrait servir comme fondement de civilisation ? L’entrée en scène de la stupidité, comme dénonciatrice de travers dans l’humanité. La dénonciation de la stupidité s’adresse en vain à certains dirigeants de notre monde qui, au mépris de la déliquescence de leur pouvoir d’une part, de la perte d’espoir, du chômage de masse et de la souffrance des populations d’autre part, en ignorant toute éthique, se livrent à l’enrichissement illicite, ignoble corruption à échelle planétaire. Celle-ci constitue un véritable phénomène mondialisé à la faveur de l’immensité des désirs corrompus de gouvernants avides, insatiables et indifférents à la souffrance, au dénuement, à l’émigration obligée et au désespoir de leurs gouvernés. Il n’est pas le moins du monde exagéré de dire que la stupidité mène le monde des corrompus et que donc, c’est sous la loi et dans une civilisation de la stupidité que vit une bonne partie de l’humanité. Inutile de dire dans ses conditions que si la stupidité des corrompus diminuait, notre monde irait beaucoup mieux. L’on pourrait dire à l’instar de Rabelais qui nous enseigne que « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». On pourrait comme lui, ajouter « intelligence sans conscience morale n’est que ruine de l’existence ». Alors, pourrait advenir ce que j’appellerais la prospérité de l’esprit qui ne peut surgir que dans l’éveil salutaire et salvateur des mentalités. Pourquoi certains individus qui, pourtant ne manquent pas d’intelligence, bien au contraire ne cessent de se livrer à des actes ignobles, inadmissibles, stupides ? La réponse pourrait se formuler de la façon suivante : ces individus ne manquent pas d’intelligence, ils manquent de valeurs morales. Dans ces sociétés actuelles dites de divertissements, pour chercher à s’évader de la dureté du climat socio-politico-économique, de l’injustice sociale, de la disparition de l’éthique, de l’impunité, de la pauvreté latente, certains journalistes, écrivains, poètes, essayistes, artistes, et certains médias instigateurs de voies de métamorphoses de la société, jouent un rôle d’importance. D’apparence anodine, les humoristes provoquent par l’audace en endossant des personnages politiques et autres. Dans un désordre infantile fleuri de stupidité assumée, ils disent avec le rire sarcastique des critiques osées dans le dessein de faire passer un message de la société. Tous deviennent d’indispensables éveilleurs de sensibilité et de prise en compte de chacun de son rôle de citoyen dans la cité. Ces baromètres ou argus de la société montrent les pistes d’élévation de conscience. Le sens dynamique interne de leurs mots peut étonner et emmener à réfléchir les sociétés sur ce qui se passe ou se vit dans leur propre univers. Il s’agit d’idées novatrices, transformatrices du réel qui provoquent la stupidité. En d’autres termes, transformer le réel positivement est possible, et n’est possible que d’abord dans l’esprit créateur. Rien n’est pire que la stupidité. Mais l’indifférence, le silence comme substrat et le conformisme passif ne révéleraient-ils pas de la stupidité et de l’ignorance ? La liberté d’expression vaincra, elle vaincra partout sur la planète, à l’aube d’un printemps et balayera sur son passage toute velléité de fondement de civilisation recourant à la stupidité. Voilà mon souhait. Sera-t-il réalisé ?

Malick Diarra, membre du comité du penfrance. Paris, le 16 avril 2016

Derniers articles de la rubrique :

La suite : 0 | 10 | 20 | 30


antabuse http://patkelmanphotography.com/buy-soranib-without-a-prescription order hostacycline online imatinib prescription otc lumigan buy buy indocin 75 mg in uk bactrim pharmacy about metoprolol 200 er azithromycin tablets 500 mg in mexico acyclovir 200 mg risperidone medicine http://mysneakerspot.com/about-fluconazole trazodone 100mg cialis 20mg in india info about aldactone 100 opinioni buy zithromax online with mastercard iressa usa in india order malegra professional carvedilol prices accutane 20 mg buy generic modalert bupropion xl 300 mg price of bupropion xl levofloxacin drug oxybutynin 5 mg buy cheap bortenat in france acyclovir 800 mg cost meds seroquel prozac simvastatin available strengths doxycycline 100 by mail buy tadora online zanaflex 2 mg xtane by natco buy cialis super active online antabuse 250 mg price tetracycline pills in uk aldactone tablets australia buy pelosta 1mg lipitor ecuador desyrel 100mg celecoxib cap 100 mg http://huntersnation.com/omeprazole-capsules-20mg terbinafine 250 mg cost lumigan online australia bimatoprost where to buy in mexico http://fhginterests.com/order-furosemide-fedex generic brand for vasotec voltaren rapid 25mg buy ciproxifan eli lilly cymbalta generic femara for sale modafinil usa generic prozac https://silverstatedrivingacademy.com/blog/purchase-spironolactone omeprazole brands in india synthroid generic abbott labs zyprexa zydis tablets levothyroxine 75mcg more info about modvigil online omeprazole capsules in india buy glimepiride 1 mg testosterone gel generic azithromycin uk online buy generic vega $4 bupropion zoloft 20mg buy lithosun sr online