P.E.N Club Français
FRANCE INTERNATIONAL FRANCOPHONIE LIENS PRIX & CONCOURS PARTENARIATS LA LETTRE NUMERIQUE

CLAUDE-MICHEL CLUNY

mercredi 21 janvier 2015

Claude-Michel Cluny est mort le 11 janvier. Il avait 84 ans. Membre du Pen Club, poète, romancier, il avait créé la collection de poésie Orphée aux éditions de la Différence. Son œuvre avait été couronnée par le Prix Apollinaire en 1986, et le grand prix de poésie de l’Académie française en 1989. Jean-Paul Savignac lui rend hommage dans les lignes qui suivent.

CLUNY HÉLLÉNISTE

Quelques souvenirs pour honorer la mémoire de Claude Michel Cluny. Il m’avait invité à le rejoindre dans un café de Saint-Germain-des-Prés pour choisir parmi les oracles de Delphes que j’avais traduits ceux qui offraient le plus d’intérêt. Son choix était très sûr et dénotait une profonde connaissance de la pensée grecque. Il avait évoqué Délos, « cette île aride » à propos de l’oracle de Parméniskos,

Tu M’interroges sur le rire apaisant, ô inapaisé ? Mère te le rendra à la maison : honore-la hautement.

En présentant la collection Orphée, il m’avait dit : « Vous comprenez, c’est une machine de guerre pour la poésie. » L’expression m’avait frappé et je lui avais dit que je saluais en lui un général. Sourire. Il m’avait convié à traduire les Orphiques, dont les textes lui tenaient particulièrement à cœur. Il me l’a redemandé l’an dernier.

Dans un de ses poèmes, il était question de plumes. Je lui avais dit mon admiration, précisant que le seul mot de plumes, à la place où il était, spiritualisait le texte et déclenchait cet allègement imaginaire qu’exerce la pure poésie sur l’esprit. Sourire.

Une autre fois, sur sa proposition de lire quelque chose, je lui avais soumis le projet d’éditer une Anthologie de textes disparus (il s’agissait de textes en gaulois perdus, mais dont on connaissait le genre, assortis d’inscriptions). Je revois ses yeux intensément clairs et magnétiques s’agrandir d’étonnement. Sourire. Il avait peu après fait paraître à La Différence Les Gaulois, leurs écrits retrouvés.

Lorsque nous sélectionnions les oracles, il avait admiré le dernier, destiné à Julien l’Apostat, en disant : C’est toute la mélancolie du monde ! Dites au Roi, à terre est tombée la Cour historiée. Phoïbos n’a plus de cabane, plus de laurier divinatoire, Plus de source parlante, s’est éteinte même l’eau parleuse.

Jean-Paul Savignac

Portfolio

Derniers articles de la rubrique :

La suite : 0 | 10